Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Liberty blog
  • Liberty blog
  • : Un blog pour la liberté des idées en France avec une vision acerbe mais réaliste de notre pays. 2017 approche et à présent il va falloir penser voter pour celui ou celle qui saura redresser notre économie, réduire le chômage et la dette publique. Fini les promesses non tenues, fini les idéologies aveugles, il nous faudra un Président pragmatique, ferme et honnête ---- LINCOLN disait : "Vous ne pouvez pas créer la prospérité en décourageant l’épargne" - Vous ne pouvez pas donner la force au « faible » en affaiblissant le « fort »- Vous ne pouvez pas aider l’employé en anéantissant l’employeur.- Vous ne pouvez pas favoriser la fraternité humaine en encourageant la lutte des classes.- Vous ne pouvez pas aider le pauvre en ruinant le riche.
  • Contact

Recherche

21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 09:21

Extrait de http://www.ifrap.org Société civile n°129 - Le 30/11/2012 par Samuel-Frédéric Servière

La sincérité budgétaire du gouvernement en question :

Budget 2013 et Pluriannuel 2013-2017 :

Le gouvernement Ayrault a annoncé un redressement de nos finances publiques de 30 milliards d’euros pour 2013 avec une répartition a priori simple de 10/10/10 : 10 milliards d’économies sur les dépenses, 10 milliards de recettes supplémentaires sur les ménages et 10 milliards d’impôts frappant les entreprises. La Fondation iFRAP a vérifié le calcul.

Quant au nouveau Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l’emploi (PNCE), annoncé le 6 novembre 2012 à la suite du rapport Gallois, il devrait impacter nos finances publiques à partir de 2014, avec des économies complémentaires sur les dépenses publiques, en gage du crédit d’impôt sur les entreprises. On le voit, il est difficile de suivre le débat dans la jungle des propositions et de pouvoir vérifier si, à la clé, le cap de nos engagements européens sera bien tenu. Rappelons que la trajectoire considérée comme intangible par le gouvernement, quelle que soit l’hypothèse de croissance retenue, consiste à atteindre un déficit de 3% du PIB en 2013, 2,2% en 2014, 1,3% en 2015, 0,6% en 2016 et 0,3% en 2017.

La Fondation iFRAP peut dès aujourd’hui questionner les prévisions budgétaires du gouvernement :

- les économies sur les dépenses de l’État de 10 milliards d’euros dans un scénario à 0,8% de croissance en 2013 ne se retrouvent pas dans les documents budgétaires et sont tout au plus de 5,77 milliards ;

- en prenant une prévision de 0,4% de croissance, la modélisation élaborée par la Fondation iFRAP montre qu’il faudrait d’ores et déjà programmer 4,9 milliards d’euros de plus d’économies en 2013 ;

- la Fondation iFRAP rappelle que pour réaliser 12 milliards d’euros d’économies pendant 5 ans, comme s’y est engagé le Président de la République sur l’ensemble des dépenses publiques, c’est en cumulé 184 milliards d’euros d’économies qu’il faut obtenir. Le projet pluriannuel transmis à Bruxelles est de 150 milliards d’économies réelles. Le compte des économies n’y est donc pas ;

- pire, si les taux d’intérêt sur la dette venaient à augmenter, c’est potentiellement 31 milliards d’euros d’économies supplémentaires qu’il faudrait trouver ;

- en matière de prévisions de recettes, la Fondation iFRAP met en garde le gouvernement : il est fort probable que les recettes budgétées ne soient pas au rendez-vous, d’une part en vertu d’une croissance en berne, et d’autre part en vertu du maximum atteint de la courbe de Laffer ;

- l’annonce par le gouvernement d’un effort 50/50 dans le pluriannuel 2013-2017 entre économies de dépenses et recettes supplémentaires, ne se retrouve pas non plus. La Fondation iFRAP évalue plutôt un mix budgétaire de 60% en impôts nouveaux, 40% en économies sur les dépenses : un mix budgétaire considéré comme inefficace par les économistes ;

- l’hypothèse de croissance de +0,8% est trop optimiste, un principe de prudence aurait été de retenir celle du consensus des économistes recueilli par le comité technique de la Conférence économique de la nation (auprès de la Direction du Trésor) qui table sur une croissance de +0,4% en 2013 ;

- il semblerait qu’une hypothèse de 0,4% ait été anticipée par le gouvernement puisque les annonces détaillées par poste d’économies sur les dépenses de l’État sont très supérieures aux économies réellement budgétées ;

- les efforts supplémentaires ne pourront plus porter massivement sur un renforcement des prélèvements obligatoires car, en ce qui concerne les prélèvements sur le travail et sur le capital qui représentent 75% des prélèvements obligatoires, le maximum de la courbe de Laffer serait selon toute vraisemblance déjà atteint ;

- cette étude vise à encourager le gouvernement et tous les responsables politiques à faire preuve de plus de clarté quant aux économies à réaliser dans les années qui viennent avec des objectifs et des chiffrages à la fois sur les dépenses de l’État, les dépenses locales et les dépenses sociales. Clarté qui ne pourra que rassurer les Français mais aussi les marchés.

Lire en entier sur http://www.ifrap.org/L-etude-Budget-2013-de-la-Fondation-iFRAP-discutee-a-l-Assemblee-nationale,13046.html

Partager cet article

Repost 0
Published by Satelmarc - dans Politique Française
commenter cet article

commentaires