Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Liberty blog
  • Liberty blog
  • : Un blog pour la liberté des idées en France avec une vision acerbe mais réaliste de notre pays. 2017 approche et à présent il va falloir penser voter pour celui ou celle qui saura redresser notre économie, réduire le chômage et la dette publique. Fini les promesses non tenues, fini les idéologies aveugles, il nous faudra un Président pragmatique, ferme et honnête ---- LINCOLN disait : "Vous ne pouvez pas créer la prospérité en décourageant l’épargne" - Vous ne pouvez pas donner la force au « faible » en affaiblissant le « fort »- Vous ne pouvez pas aider l’employé en anéantissant l’employeur.- Vous ne pouvez pas favoriser la fraternité humaine en encourageant la lutte des classes.- Vous ne pouvez pas aider le pauvre en ruinant le riche.
  • Contact

Recherche

24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 13:29

Lors des débats sur la réforme fiscale en France, ministres et parlementaires n’ont eu qu’une seule idée en tête : comment compenser une baisse de certains impôts par une hausse d’autres impôts ou prélèvements obligatoires ? Il est solidement ancré dans leur tête que les caisses de l’Etat ne peuvent se remplir qu’avec une fiscalité plus lourde, et si possible plus progressive. A Bercy « on ne croit pas à l’effet Laffer » : on ne veut pas admettre qu’au lieu de matraquer les contribuables, il faudrait au contraire alléger leurs charges.

Excellent article de dans irefeurope.org

En France, l’équilibre du budget passe pour une priorité absolue. Comment l’obtenir ? En augmentant les impôts, pense la classe politique. Nicolas Lecaussin, directeur du développement de l’IREF, rappelle l’histoire de la fiscalité aux Etats-Unis : la hausse des impôts n’a jamais augmenté les rentrées fiscales.  

Lors des débats sur la réforme fiscale en France, ministres et parlementaires n’ont eu qu’une seule idée en tête : comment compenser une baisse de certains impôts par une hausse d’autres impôts ou prélèvements obligatoires ? Il est solidement ancré dans leur tête que les caisses de l’Etat ne peuvent se remplir qu’avec une fiscalité plus lourde, et si possible plus progressive. A Bercy « on ne croit pas à l’effet Laffer » : on ne veut pas admettre qu’au lieu de matraquer les contribuables, il faudrait au contraire alléger leurs charges.
Cette conviction n’est qu’idéologique. On la retrouve d’ailleurs chez certains Démocrates américains qui aujourd’hui souhaiteraient augmenter le taux d’imposition des plus riches jusqu’à 70 %, taux marginal sur la tranche la plus élevée des revenus avant la réforme Reagan. 
Pourtant, ce point de vue ne résiste pas à l’analyse des faits. Alan Reynolds dans son ouvrage « Income and Wealth » (Greenwood Press, 2006) a refait l’historique des taux d’imposition et des rentrées fiscales depuis le début des années 1950. Il en ressort que les taux d’imposition élevés n’ont jamais contribué à une hausse des rentrées fiscales. Bien au contraire, c’est à la suite de baisses des taux que le Trésor américain a encaissé davantage.
Dans le tableau ci-dessous, on peut observer que lorsque le taux d’imposition comprenait une tranche de 91 % et par la suite de 70 %, les rentrées représentaient moins de 8 % du PIB. Lorsque les taux ont été abaissés et le nombre de tranches diminué sous Reagan et Clinton, les rentrées fiscales ont augmenté, atteignant même 9.4 % du PIB dans les années 1997-2002. Une leçon à retenir pour les politiques de tous bords.

Taux d’imposition vs Rentrées fiscales

                   Première et dernière tranches d’imposition Rentrées fiscales en % du PIB
1951-1963                  20/91 %                                                               7.7
1964-1981                  14/70 %                                                               8
1982-1986                  11/50 %                                                              8.3
1988-1990                  15/28 %                                                              8.1
1991-1992                  15/31 %                                                              7.8
1993-1996                  15/39.6 %                                                           8
1997-2002                  15/39.6 %                                                          9.4
Congressional Budget Office (2006)



Partager cet article

Repost 0
Published by Satelmarc - dans Politique Française
commenter cet article

commentaires