Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Liberty blog
  • Liberty blog
  • : Un blog pour la liberté des idées en France avec une vision acerbe mais réaliste de notre pays. 2017 approche et à présent il va falloir penser voter pour celui ou celle qui saura redresser notre économie, réduire le chômage et la dette publique. Fini les promesses non tenues, fini les idéologies aveugles, il nous faudra un Président pragmatique, ferme et honnête ---- LINCOLN disait : "Vous ne pouvez pas créer la prospérité en décourageant l’épargne" - Vous ne pouvez pas donner la force au « faible » en affaiblissant le « fort »- Vous ne pouvez pas aider l’employé en anéantissant l’employeur.- Vous ne pouvez pas favoriser la fraternité humaine en encourageant la lutte des classes.- Vous ne pouvez pas aider le pauvre en ruinant le riche.
  • Contact

Recherche

10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 11:04

Extrait de http://www.ifrap.org/

La Cour des comptes rappelle cette semaine que notre dette publique devrait approcher, en 2012, 90% du PIB. Et que, même si l’effort reste insuffisant, cette année devrait être la première pour laquelle la réduction des dépenses aura véritablement un impact sur le déficit structurel. Une nette amélioration est à attendre en effet avec 1,25% de PIB de réduction du déficit structurel, un effort jamais réalisé reposant pour la première fois de façon équilibrée sur des hausses de recettes mais aussi des baisses de dépenses (avec un effet sensible et concret du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux).

Cependant, le plus dur est toujours devant nous. Dans les années à venir, si l’on suit la Cour des comptes, il faudra a minima soutenir un effort de baisse des dépenses annuelles de 1% du PIB, soit 20 milliards d’euros. La Cour des comptes nous précise désormais que cela ne se fera ni grâce à la seule croissance ni grâce à des recettes nouvelles. Sur ce dernier point les experts de la rue Cambon sont catégoriques : nous avons déjà atteint un maximum en augmentations d’impôts : « l’effort structurel de redressement (…) impose de recourir le moins possible à de nouvelles recettes et de ralentir nettement la progression des dépenses ». Ce rapport tombe donc à pic puisque tous les candidats à la présidence de la République n’ont plus que le mot dette à la bouche, mais évitent soigneusement de parler de baisses précises des dépenses.

Le Premier président, Didier Migaud a prononcé un discours en faveur d’une maitrise plus importante des dépenses tout en soulignant que : « Le recours à des règles générales relatives à la dépense publique ou à la réduction des effectifs ne suffiront pas à cet effort sur la dépense. […] L’effort doit être ciblé : les dépenses inefficaces doivent être identifiées et réduites, voire supprimées.

Étonnamment, même si la Cour des comptes insiste sur le fait que la France doit poursuivre son effort, voire l’accentuer et en élargir le champ d’application en coupant dans les dépenses d’interventions, et en s’attaquant aux dépenses de la Sécurité sociale et des collectivités locales, les propositions concrètes des magistrats sont très peu nombreuses. A ces seules exceptions notables, on peut lire :

-  Demande de mise en place rapide de la nouvelle « règle d’or européenne » fixant à 0,5% du PIB le déficit structurel autorisé des administrations publiques au cours d’un cycle ;
-  Demande de cantonnement des dépenses de personnel du secteur public y compris au niveau local ;
-  Demande de mise en place de prévisions macro-budgétaires crédibles dans l’alignement d’un consensus forecast comme nos principaux voisins européens (« les budgets doivent être préparés à partir d’hypothèses suffisamment prudentes ») sans toutefois aller jusqu’à proposer la mise en place d’évaluations contradictoires (Comités budgétaires indépendants).

Mais ce que ne dit pas le Premier président ni le rapport de la Cour des comptes, c’est où couper et pour combien. Le rapport 2012 pointe par exemple les dépenses des sous-préfectures et montre qu’une quarantaine d’entre elles seraient établies sur des arrondissements de moins de 50.000 habitants mais ne propose pas d’en supprimer explicitement ni véritablement de les transformer en « antennes de l’État  » plus légères avec moins de frais de logement pour le sous-préfet et moins d’effectifs…

Lire la suite : http://www.ifrap.org/Rapport-de-la-Cour-ou-sont-les-reductions-de-depenses,12549.html

Partager cet article

Repost 0
Published by Satelmarc - dans Politique Française
commenter cet article

commentaires