Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Liberty blog
  • Liberty blog
  • : Un blog pour la liberté des idées en France avec une vision acerbe mais réaliste de notre pays. 2017 approche et à présent il va falloir penser voter pour celui ou celle qui saura redresser notre économie, réduire le chômage et la dette publique. Fini les promesses non tenues, fini les idéologies aveugles, il nous faudra un Président pragmatique, ferme et honnête ---- LINCOLN disait : "Vous ne pouvez pas créer la prospérité en décourageant l’épargne" - Vous ne pouvez pas donner la force au « faible » en affaiblissant le « fort »- Vous ne pouvez pas aider l’employé en anéantissant l’employeur.- Vous ne pouvez pas favoriser la fraternité humaine en encourageant la lutte des classes.- Vous ne pouvez pas aider le pauvre en ruinant le riche.
  • Contact

Recherche

7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 15:32

J'ai vraiment peur pour mon pays. Actuellement géré par ces gens qui du haut de leurs postes de députés, de ministres et sénateurs, nous font des lois si incroyables, qu'on se croirait parfois en Corée du Nord ou dans l'ancienne URSS.

L'article sélectionné ci dessous nous révèle à quel point ces gens sont hors des réalités du temps. Qui pourrait se satisfaire d'un état auss glouton, qui lui absorbera 93 % de ses gains annuels et même plus de 100 % pour certains.

Ce qui est triste, est que souvent ceux qui se feront prendre plus de 100 % sont des gens sans défenses, des petits retraités propriétaires de biens immobiliers ou de fonciers (comme à l'Ile de Ré par exemple). Ceux là ne sauront pas se délocaliser pour échapper aux délires fiscaux de notre gouvernement.

Pour les autres je suis moins inquiet. Ce sont des cadres de haut niveau, de grandes sociétés déjà internationalisées, où des chefs d'entreprises capables de réagir rapidement à de telles mesures spoliatrices.

Une chose est certaine, c'est que les délocalisation purement fiscales vont accentuer tant pour les particuliers que pour les sociétés, et les recettes fiscales du pays continueront à baisser.

Ce n'est pas comme ça que notre pays pourra se redresser rapidement. C'est pourquoi je continue de penser que nous n'avons pas encore touché le fond avec ces incompétents qui ont été élus par seulement 1.1 millions de voix d'écart, par des Français électeurs qui avaient "gobé" les 60 promesses démagos de qui vous savez.

A présent voilà le résultat. Ceux du bas ne sont pas mieux, ceux du milieu en ont de plus en plus ras le bol de payer pour les autres (et surtout pour ceux qui ne sont pas Français) et les 1 % des plus riches seront bientôt tous "barrés".

Et pendant ce temps là les réformes les plus importantes pour réduire les dépenses, telles la mise à niveau des régimes de retraites, l'abolition des privilèges de certaines catégories (dont les élus députés, sénateurs, les employés Banque de France ou ceux de Bercy, etc - - - ), la réduction du nombre des fonctionnaires, la privatisation de tous ce qui peut l'être (comme la SNCF, France TV, les Assurances Santé et les caisses de retraites), tout ce qui pourrait remettre les comptes de la Nation à un bon niveau : RIEN N'EST FAIT !

Imaginez un peu la France dans les 3 ans qui viennent ! - - -

J'ai honte.


Dans le domaine de la fiscalité les bonnes nouvelles sont rares par les temps qui courent. Mais bien vite une bonne nouvelle en annonce une mauvaise. Deux exemples actuels : les hauts salaires et les auto-entrepreneurs. On n’en est pas à quelques contradictions près. 
Les hauts salaires ne seront plus plafonnés par l’Etat (bonne nouvelle) mais ils seront soumis à un 75 % réaménagé qui les taxera en fait à 93 % (mauvaise nouvelle).
Le Président Hollande a voulu rassurer les patrons en renonçant à limiter les hauts salaires par la loi et en laissant les organisations patronales définir leur déontologie en la matière. Il semble que les dites organisations soient d’accord pour adopter le say on pay qui  permet aux actionnaires de s’exprimer sur la rémunération des dirigeants. C’est donc une double bonne nouvelle car il est normal que les propriétaires d’une entreprise décident de la nomination et de la paye des patrons et il est anormal que l’Etat s’en mêle. 
 
La nouvelle mouture des 75 %
Mais le gouvernement s’entête à vouloir instituer la taxe à 75%, même si elle ne rapporte rien disait le rapporteur du budget, Christian Eckert, qui veut cette taxe pour punir les riches. C’est lui d’ailleurs qui clame contre toute évidence et toute logique économique que « Trop peu d’impôt tue l’impôt ». Facialement cette taxe rapportera peut-être un peu d’argent, quelques centaines de millions. Mais il y a ce qui se voit et ce qui ne se voit pas comme le disait Bastiat. Ce qui ne se verra pas, enfin pas tout de suite, c’est la délocalisation de sièges sociaux ou de directions d’entreprises, la difficulté pour les grands groupes français d’embaucher les meilleurs professionnels pour diriger leurs entreprises parce qu’ils ne voudront pas travailler en France… 
 
Ils voudront d’autant moins venir en France que l’incertitude continue de peser sur les conditions et la date d’application de cette taxe. Elle serait finalement mise en place dès 2013 et à un taux qui pourrait friser la confiscation totale. En effet le projet serait de taxer l’entreprise à hauteur de 50% de l’ensemble des rémunérations versées au-delà du seuil fatidique de 50% (y compris bonus, primes, stocks options et autres actions gratuites…). Le solde, soit 50%, supporterait des charges sociales (environ 60%) et l’impôt sur le revenu (45% +taxe Fillon de 4% + 8% de CSG/RDS), de telle façon que finalement il ne resterait de disponible que 8,6% de la rémunération pour acquérir des produits supportant de la TVA à bientôt 20%. Au total, le  bénéficiaire de ce revenu n’en disposerait que d’environ 7%. Déjà l’an dernier, avec la contribution exceptionnelle non plafonnée, 8 000 ménages ont payé des impôts supérieurs à 100% de leur revenu. N’est-ce pas du vol ? Et le pire c’est que l’Etat se vole lui-même car au bout du compte il y perdra. C’est l’exemple même du mauvais marchandage : perdant/perdant !

Partager cet article

Repost 0
Published by Satelmarc - dans Politique Française
commenter cet article

commentaires