Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Liberty blog
  • Liberty blog
  • : Un blog pour la liberté des idées en France avec une vision acerbe mais réaliste de notre pays. 2017 approche et à présent il va falloir penser voter pour celui ou celle qui saura redresser notre économie, réduire le chômage et la dette publique. Fini les promesses non tenues, fini les idéologies aveugles, il nous faudra un Président pragmatique, ferme et honnête ---- LINCOLN disait : "Vous ne pouvez pas créer la prospérité en décourageant l’épargne" - Vous ne pouvez pas donner la force au « faible » en affaiblissant le « fort »- Vous ne pouvez pas aider l’employé en anéantissant l’employeur.- Vous ne pouvez pas favoriser la fraternité humaine en encourageant la lutte des classes.- Vous ne pouvez pas aider le pauvre en ruinant le riche.
  • Contact

Recherche

7 décembre 2012 5 07 /12 /décembre /2012 17:17

A chaque jour, chaque semaine, son lot de nouvelles taxes ou d'augmentations de celles existantes, et à chacun de s'étonner de la créativité de nos élus, de leur imagination débordante pour créer de nouvelles taxations sur tout ce qui bouge, qui roule, qui se vend, qui se produit, se construit, se mange, se boit, se fume, se joue, etc ---

Mais qu'en est - il de leur productivité et de leur capacités à créer des économies de dépenses publiques ? Là on est dans le grand néant et c'est bien dommage quand on lit que le déficit sera en gros inférieur de 4.6 milliards cette année, en passant sous silence que le déficit annuel sera tout de même de près de 95 milliards qui iront s'ajouter au 1830 milliards déjà existant, pour nous amener gentiment à fêter les 2000 milliards courant 2013 ! Mais qui pourrait croite ainsi que le France va bien ? Qu'un de ces prochain jours nos créanciers ne vont pas dire STOP ??

Et pendant ce temps là, dans notre pays qui compte déjà près de 5 millions de sans emplois, on empêche les commerçants d'ouvrir autant qu'ils le souhaiteraient, pendant la période la plus forte de l'année, anors que nombreux sont ceux qui risquent de fermer leur rideau au début de 2013 - - - On se demande bien à quoi servent nos députés pour aider les Français dans leurs difficultés. 

Une étude de l’iFRAP met en cause le chiffrage officiel de la baisse des dépenses. La hausse « tendancielle » des dépenses, chiffrée par Bercy, est jugée surévaluée.

Alors que le gouvernement s’est engagé à réduire les dépenses publiques de 60 milliards d’euros sur le quinquennat, une étude interroge ces objectifs, en particulier pour 2013. « Les économies annoncées sur les dépenses, de 10 milliards d’euros dans un scénario à 0,8 % de croissance en 2013, ne se retrouvent pas dans les documents budgétaires et sont tout au plus de 5,77 milliards d’euros », estime la fondation iFRAP dans une étude sur le projet de loi de Finances 2013.

L’une des critiques adressées à l’exécutif, par le think tank libéral comme par les experts de l’opposition, est de viser une réduction des dépenses par rapport à leur progression spontanée, et non en valeur absolue. Dans les documents budgétaires, les dépenses continuent en effet d’augmenter d’une année sur l’autre, mais moins vite que prévu : le budget passe de 369 à 370 milliards en 2013. « Ces 10 milliards sont des économies virtuelles », estiment Agnès Verdier-Molinié et Samuel-Frédéric Servière, de l’iFRAP.

Cette présentation des économies, utilisée par plusieurs gouvernements français ces dernières années, n’est en revanche pas celle d’autres pays. L’Allemagne affiche ainsi un objectif de réduction des dépenses de 10 milliards, en valeur, dans son budget fédéral 2013, qui se reflète dans la baisse de ce dernier, de 312 à 302 milliards d’euros. « Le mode de calcul utilisé en France permet d’afficher des économies plus importantes  », dénoncent les auteurs de l’étude.

Autre critique : la surestimation de la hausse des dépenses tendancielles, c’est-à-dire « spontanées ». Bercy la chiffre à 10 milliards d’euros par an, l’iFRAP plutôt à 5,7 milliards. La Cour des comptes l’avait, pour sa part, évaluée à 6 milliards d’euros en juillet dernier, tandis que le rapporteur général (PS) de la commission des Finances, Christian Eckert, l’estime à 8 milliards dans son rapport sur la loi de programmation. « Le gouvernement surestime la hausse tendancielle et intègre des dépenses nouvelles, explique le président de la commission des Finances, Gilles Carrez, cité dans l’étude. En réalité, (il) effectue une prévision de la hausse de la dépense publique en tenant compte des dépenses d’ores et déjà effectuées.  »

La répartition des économies annoncées manque aussi de précision, selon l’iFRAP. La baisse de 5 % des dépenses de fonctionnement est jugée ambitieuse, tout comme celle sur les opérateurs et les dotations aux collectivités locales. Enfin, une part des économies repose sur la diminution de la charge de la dette, qui reste incertaine.

Écrit par Elsa CONESA
Chef de service adjoint au journal Les Échos

Partager cet article

Repost 0
Published by Satelmarc - dans Politique Française
commenter cet article

commentaires