Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Liberty blog
  • Liberty blog
  • : Un blog pour la liberté des idées en France avec une vision acerbe mais réaliste de notre pays. 2017 approche et à présent il va falloir penser voter pour celui ou celle qui saura redresser notre économie, réduire le chômage et la dette publique. Fini les promesses non tenues, fini les idéologies aveugles, il nous faudra un Président pragmatique, ferme et honnête ---- LINCOLN disait : "Vous ne pouvez pas créer la prospérité en décourageant l’épargne" - Vous ne pouvez pas donner la force au « faible » en affaiblissant le « fort »- Vous ne pouvez pas aider l’employé en anéantissant l’employeur.- Vous ne pouvez pas favoriser la fraternité humaine en encourageant la lutte des classes.- Vous ne pouvez pas aider le pauvre en ruinant le riche.
  • Contact

Recherche

8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 17:42

Extraits du texte rédigé par Hervé Lambel Candidat à la Présidence du MEDEF et Président du CERF (Créateurs d’emplois et de richesse en France).

Crise: La France doit se réconcilier avec ses riches si elle veut s’en sortir !

FISCALITÉ – Taxation de plus-values fictives en cas de cession de biens reçus en donation à une valeur égale au prix de cession, imposition à la taxe sur les logements vacants d’habitations inhabitables, rétroactivité de l’abolition du prélèvement libératoire sur les produits de capitaux mobiliers en 2012, plafonnement à 75% de l’ISF…

L’invalidation récente par le Conseil Constitutionnel des projets fiscaux de l’actuel gouvernement pointe enfin du doigt un tabou typiquement français: celui de l’inégalité devant l’impôt. Car il est aussi question de cela…Des dispositions attentatoires au droit! Quoi de plus injuste en matière fiscale que l’ISF, qui depuis les années 1980 s’applique minutieusement à « punir » ceux qui « jouiraient » d’un capital jugé trop important?

Et encore, s’il ne s’agissait que de morale, bien heureux seraient les « Robins des bois » d’une justice fiscale. Mais voilà, il est surtout question de logique, et de ce que celle-ci ne saurait tolérer: le paradoxe. Car il est un problème que l’ISF et ses multiples ajustements n’ont jamais résolu: celui de la justification rationnelle de son existence. Pour vulgariser: comment faire en sorte que cet impôt rapporte plus économiquement qu’il ne coûte à l’État?

Pour celles et ceux qui en douteraient, les effets dévastateurs sont bel et bien là…Quelques exemples savoureux qui n’ont pas manqué de desservir les intérêts économiques de la France et des Français:

- Destruction de l’actionnariat familial, qui fait la force du modèle allemand en permettant le développement des TPE et PME dans la durée.

- Cession des entreprises à des groupes internationaux pour pouvoir payer les droits de succession.

- Départ de nombreuses fortunes, qualifié d’exil fiscal, mais aussi de hauts potentiels qui espèrent ne pas voir leur réussite sanctionnée.

L’exemple du désormais célèbre couple de paysans de l’Íle de Ré, assujetti à l’ISF suite à la flambée du prix du mètre carré constructible, alors qu’il ne pouvait compter que sur un salaire mensuel de 1000 euros.

Un dernier exemple criant de vérité, qui souligne la logique dévastatrice de pareil impôt.

D’année en année, il est question de taxer votre patrimoine, tant que celui-ci est supérieur ou égal à 1,3 millions d’euros…Et si ce patrimoine constitué grâce à des revenus qui ont déjà supporté l’impôt ne produit pas de nouveaux revenus? Eh bien tant pis! Il sera taxé quand même, année après année, jusqu’à ce que sa valeur passe en dessous de la barre fatidique précitée.

En d’autres termes, nouveaux revenus ou pas, l’État s’applique à faire fondre votre patrimoine comme neige au soleil. Un esprit, même simple, n’y verrait qu’une logique destructrice sans volonté créatrice. Car c’est le capital de la nation qui est ainsi détruit et dilapidé. - - -

- - - Pire, cet impôt semble même contraire à l’article 10 du préambule de la Constitution de 1946, qui pose que « la Nation assure à l’individu et à la famille les conditions nécessaires à leur développement ».  - - -

- - - Vous l’aurez compris, il ne s’agit donc pas de nier la contribution des plus fortunés, mais de s’assurer que celle-ci serve utilement et efficacement l’intérêt général, plutôt que la médiocrité économique. Mais que faire? Comment transformer un mulet en étalon de course? Ou plutôt, comment passer d’une fiscalité aveugle et contre-productive à une action intelligente et efficace de l’État, qui saurait associer les plus grandes fortunes à l’intérêt collectif ? - - -

- - - Or, les entreprises sont le seul et l’unique vecteur supposé porter ce retour à l’activité. Leur développement est toutefois mis en péril, du fait notamment d’un accès insuffisant aux liquidités qui abondent pourtant sur les marchés financiers. La question est donc de savoir comment il est possible de réorienter une partie de ces liquidités vers le financement des acteurs de l’économie qui en ont le plus besoin - - -

- - - En agissant de la sorte, la France pourrait enfin sortir du carcan moral de l’impôt, de l’idéologie absurde au service de la médiocrité économique, et adresser un message fort à ceux qui démarrent dans la vie, riches du rêve d’un Eldorado à construire ailleurs, comme aux fortunes à haut potentiel: « Riches, revenez, l’amour de la France n’est pas une contrainte! ».

Lire en entier sur : http://lagauchematuer.fr/2013/03/08/crise-la-france-doit-se-reconcilier-avec-ses-riches-si-elle-veut-s%E2%80%99en-sortir/

Partager cet article

Repost 0
Published by Satelmarc - dans Politique Française
commenter cet article

commentaires