Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Liberty blog
  • Liberty blog
  • : Un blog pour la liberté des idées en France avec une vision acerbe mais réaliste de notre pays. 2017 approche et à présent il va falloir penser voter pour celui ou celle qui saura redresser notre économie, réduire le chômage et la dette publique. Fini les promesses non tenues, fini les idéologies aveugles, il nous faudra un Président pragmatique, ferme et honnête ---- LINCOLN disait : "Vous ne pouvez pas créer la prospérité en décourageant l’épargne" - Vous ne pouvez pas donner la force au « faible » en affaiblissant le « fort »- Vous ne pouvez pas aider l’employé en anéantissant l’employeur.- Vous ne pouvez pas favoriser la fraternité humaine en encourageant la lutte des classes.- Vous ne pouvez pas aider le pauvre en ruinant le riche.
  • Contact

Recherche

7 avril 2010 3 07 /04 /avril /2010 09:18

On se demande si un Gouvernement arrivera un jour à mettre fin

à cette situation :

SNCF 1 grève par mois / 2 milliards de subventions /

et un coût faramineux pour la société des usagers.
( j'ai une pensée émue pour ceux qui ont subi cette grève et raté : qui d'un examen, d'un entretien d'embauche, d'un concours d'entrée, d'un rendez vous important, d'une affaire prioritaire, etc - - -)
http://www.blogencommun.fr/blog/wp-content/uploads/greve_sncf.jpg
 Maintenant, même plus besoin de motifs très clairs ni très forts !

On ne sais même pas trop pourquoi cette grève !

- les effectifs ?

- le "fil rouge" du transport de marchandises (avec son milliard de déficit)  ?

- La défense des privilèges de leurs retraites ?

En attendant, 40 millions par jour de grève sortent de nos poches déjà perçées - - - - C'est notre argent ! y'en a marre ! Vivement la privatisation !

http://www.ifrap.org/IMG/bmp/retraites-SNCF.bmp

 

Tenez voici de quoi se détendre un peu :

La recette du cheminot à l'intersyndicale

Extrait de Rue 89 / Par danielfi | Syndicaliste SNCF | 21/11/2007

Une fois n'est pas coutume, j'ai détourné une recette, libre de droit naturellement.

Cette recette s'applique très bien dans ma région. Je sais pertinemment que cela ne plaira pas à un certain nombre, mais encore une fois et comme d'habitude, j'assumerai.

Voilà donc ma recette, tirée de la fameuse recette : la dinde au whisky.

Le cheminot à l'intersyndicale : Pour 1600000 personnes environ

• 1 cheminot âgé entre 20 et55 ans
• 1 intersyndicale
• 1 mauvaise foi
• 1 reforme de retraite
• 200 g de foutage de gueule

1) Frotter énergiquement le cheminot avec la réforme des retraites, rajouter plusieurs doses de mauvaise foi, ajouter 200 g de foutage de gueule et ficeler serré. Préchauffer l'ambiance pendant le temps nécessaire (thermostat 7).

Mettre ce temps à profit pour se verser un verre d'intersyndicale. Enfourner le cheminot confortablement installé dans une grève. Se verser ensuite deux verres d'intersyndicale et les boire sans hâte. Après vingt binutes, régler le thermostat à 8 pour la saisir. Se bercer trois berres d'intersyndicale.

2) Après une 1 journée, fourrer et surveiller la buisson du peminot. Brendre une vouteille d'intersyndicaaaaaaaaaale et s'enfiler une bonne rasade derrière la bravate, non, la cravate. Après une deuxième journée de blus, tituber jusqu'au bour, ouvrir la p… de borte du bour et reburner, non, revourner, non, recourner, non, enfin mettre le peminot dans l'autre sens. Se prûler les mains avec la p… de borte du bour en la refermant, b… de m…

3) Essayer de s'asseoir sur une p… de chaise et se reverdir cinq ou six d'intersyndicale de verres ou le gontraire, je sais blus. Laisser buire, non, luire, non cuire, non, ah ben si, cuire le beminot bendant encore 1 jour.

4) Et hop, cinq berres d'intersyndicale de blus. Ça fait du bien par où qu'ça passe.

5) R'tirer le four de le cheminot en se reberçant une bonne goulée d'intersyndicale. Essayer à nouveau de sortir le bour de la saloperie de peminot parce que ça a raté la bremière fois. Rabasser le cheminot qui est tombé par terre. L'ettuyer avec une saleté de chiffon et le foutre au clavail ou au trabail bref au boulot. Enfin, on s'en fout…

6) Se péter la gueule à cause du gras sur le barrelage de la buisine de l'intersyndicale et essayer de se relever. Décider que l'on est aussi bien par terre et binir l'intersyndicale.

7) Ramper jusqu'au lit, dorbir toute une nuit.

8) Le lendemain matin, manger le cheminot froid avec une bonne dose « Je vous l'avais bien dit ! “ et le reste de la journée, nettoyer le b… que tu as mis dans le chantier les 3 derniers jours - - - 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marco - dans Social
commenter cet article

commentaires