Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Liberty blog
  • Liberty blog
  • : Un blog pour la liberté des idées en France avec une vision acerbe mais réaliste de notre pays. 2017 approche et à présent il va falloir penser voter pour celui ou celle qui saura redresser notre économie, réduire le chômage et la dette publique. Fini les promesses non tenues, fini les idéologies aveugles, il nous faudra un Président pragmatique, ferme et honnête ---- LINCOLN disait : "Vous ne pouvez pas créer la prospérité en décourageant l’épargne" - Vous ne pouvez pas donner la force au « faible » en affaiblissant le « fort »- Vous ne pouvez pas aider l’employé en anéantissant l’employeur.- Vous ne pouvez pas favoriser la fraternité humaine en encourageant la lutte des classes.- Vous ne pouvez pas aider le pauvre en ruinant le riche.
  • Contact

Recherche

5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 15:42

«60 milliards d’économie ! » d’Agnès Verdier-Molinié

 

Par rapport aux autres pays de l’Union européenne, le surcoût de production de nos services publics est de 60 milliards par an.

François Hollande a annoncé 60 milliards d’euros d’économies… en 5 ans.

La différence est de taille ! L’objectif courageux serait au contraire de parvenir à une baisse des dépenses pérenne de 60 milliards d’euros par an tous les ans, à l’avenir. Ces économies sont possibles sur les dépenses publiques, et ce, sans toucher à la qualité de nos services publics.


Plus la France s’enfonce, plus nous renforçons le modèle de l’État dépensier qui nous ruine, et plus nous avons peur de le réformer. Aujourd’hui, toute perspective de création de richesses est brisée, l’avenir est sombre, entre chômage de masse et dette publique galopante.

« Un rapport confidentiel de l'inspection des Finances commandé avant l'alternance dressait pourtant une liste des économies possibles pour redresser le pays. »

Ce n’est plus soixante milliards d’euros d’économies sur les dépenses publiques qu’il faut réaliser sur la durée du quinquennat, comme l’a annoncé François Hollande, mais soixante milliards chaque année, si on ne veut pas voir notre système s’effondrer !

Réduire les dépenses publiques ? Oui, c’est possible. C’est encore possible. Mais plus pour très longtemps. Et pas n’importe comment.

Quels sont nos coûts les plus élevés par rapport à nos voisins européens ? Les coûts de production, c’est-à-dire que nous payons pour que notre administration puisse fonctionner. Ces coûts peuvent être réduits sans qu’il y ait à toucher aux prestations sociales distribuées aux Français.

Quand notre pays dépense 27,7% de sa richesse nationale à produire ses services publics, les pays de l’Union européenne dépensent 24,9%, sans différence notable en termes de qualité du service public et de niveau des prestations. La différence entre ces deux chiffres ? 60 milliards d’euros, qui pourraient donc être économisés chaque année à un horizon de sept ans si l’effort commençait dès 2013 !

Il faut sauver le service public, préserver son efficacité et économiser dans le même temps sur son fonctionnement. Sinon, c’est notre État tout entier qui coulera. 60milliards d’économies sur les coûts de production de nos services publics, c’est possible : 18,5 milliards au niveau de l’État, 11,6milliards au niveau des collectivités locales et 29,9 milliards au niveau des dépenses sociales.

Et ce d’ici à 2021. Nous pouvons garder des services publics de qualité si nous engageons la réforme nécessaire.

Ce sera douloureux et sans doute chaotique. Même si, comme l’a souligné le Président, « on ne vit pas mieux avec 57% de dépenses publiques qu’avec 52% ». C’est la qualité des services qu’il faut défendre, leur efficience et leur compétitivité. Les exemples abondent d’initiatives efficaces et moins chères qui permettent de produire les services publics de qualité dont nous avons besoin sans les surpayer.

Combien coûte ma place en crèche, combien coûte ma cantine, combien coûte mon école, mon hôpital ou mon assurance-maladie, combien mon maire ou mon président de région a-t-il de voitures de fonction, à qui donne-t-il des subventions ?

Voilà des questions auxquelles les Français ont le droit d’avoir des réponses. À l’heure où l’on nous demande de payer plus d’impôts pour renflouer les déficits publics, l’étude des données publiques exposées aux yeux de tous risque d’être passionnante… responsable et citoyenne !

L’auteur Agnès Verdier-Molinié est directeur de la Fondation iFRAP (Fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques). En 2011, elle a publié Les Fonctionnaires contre l’État et en 2008, La mondialisation va-t-elle… nous tuer ? aux éditions JC Lattès.

Partager cet article

Repost 0
Published by Satelmarc - dans Politique Française
commenter cet article

commentaires

windows 8 logon screen 08/08/2014 14:51

It is really amazing to know the fact that the European Union has the additional production costs of our public services and it is about 60 billion per year. From this we can understand that the burden of tax is increasing every year.

justu 07/05/2014 07:00

thanks J