Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Liberty blog
  • Liberty blog
  • : Un blog pour la liberté des idées en France avec une vision acerbe mais réaliste de notre pays. 2017 approche et à présent il va falloir penser voter pour celui ou celle qui saura redresser notre économie, réduire le chômage et la dette publique. Fini les promesses non tenues, fini les idéologies aveugles, il nous faudra un Président pragmatique, ferme et honnête ---- LINCOLN disait : "Vous ne pouvez pas créer la prospérité en décourageant l’épargne" - Vous ne pouvez pas donner la force au « faible » en affaiblissant le « fort »- Vous ne pouvez pas aider l’employé en anéantissant l’employeur.- Vous ne pouvez pas favoriser la fraternité humaine en encourageant la lutte des classes.- Vous ne pouvez pas aider le pauvre en ruinant le riche.
  • Contact

Recherche

4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 13:55

"La France souffre du verrouillage de la vie politique par le PS et l’UMP, aux manettes à l’échelon local et/ou national depuis plus de trente ans. Nous leur devons l’absence de renouvellement des idées, un modèle social sclérosé, une économie empêchée de réaliser son plein potentiel, une dette insoutenable, un Etat obèse et omniprésent, un délitement de nos institutions, une corruption des plus hauts échelons de la classe politique (révélée par les affaires Chirac, Takkiedine ou Guérini) et la mise sous surveillance progressive de nos libertés."

 Extrait de http://pld44.blogspot.com/

 

PLD : LES VOEUX du PRESIDENT Aurélien VERON

 

Madame, Monsieur,
Au nom du Parti Libéral Démocrate, je vous souhaite une très bonne année 2012 à vous et à vos proches. Comme vous, j’espère voir cesser le recul de nos libertés civiles, sociales et économiques. Nous devons hélas affronter une crise des finances publiques que nous annonçons depuis notre création en 2008, et qui va probablement prendre de l’ampleur dans les prochains mois.
L’Union européenne est fragilisée au point que le risque d’une explosion de l’euro n’est plus exclu. Notre économie souffre de plus en plus et le chômage poursuit sa hausse. Une réforme en profondeur de notre modèle économique et social s’impose de plus en plus clairement si nous voulons éviter une faillite généralisée dont les premières victimes seraient les Français les plus fragiles.
Nous nous trouvons aussi à la veille d’échéances électorales cruciales. Comme vous le savez, aussi regrettable que cela puisse être, la vie politique française est dominée par la présidentielle. Or, nous sommes confrontés une fois de plus à l’absence de candidat réellement libéral à la présidentielle. Ce constat conforte la pertinence du PLD pour porter un message libéral qui a disparu du paysage politique.
Pour autant, notre engagement est celui de l’action politique, pas de l’isolement dans la marginalité.
À la mi-janvier, au terme d’un débat interne important sanctionné par le vote de nos membres, le Parti Libéral Démocrate annoncera sa position pour 2012. Nous partageons tous une certitude au PLD.  

La France souffre du verrouillage de la vie politique par le PS et l’UMP, aux manettes à l’échelon local et/ou national depuis plus de trente ans. Nous leur devons l’absence de renouvellement des idées, un modèle social sclérosé, une économie empêchée de réaliser son plein potentiel, une dette insoutenable, un Etat obèse et omniprésent, un délitement de nos institutions, une corruption des plus hauts échelons de la classe politique (révélée par les affaires Chirac, Takkiedine ou Guérini) et la mise sous surveillance progressive de nos libertés. 

Notre rejet de ce duopole politique, entretenu par un mode de scrutin et de financement de la vie politique sur mesure, est aussi fort que notre rejet des discours populistes d’extrême droite comme d’extrême gauche.
Notre conviction profonde est que la sortie de crise du "modèle français" passe nécessairement par la baisse de la dépense publique, notamment sociale, la modernisation de l’Etat et l’ouverture de nos secteurs protégés à la concurrence. Les administrations devront faire mieux avec moins.
Une vraie politique de l’offre devra se substituer à la politique traditionnelle de la demande, qui s’est montrée inefficace.
Nous devrons enfin restaurer nos libertés confisquées pour passer d’un État-providence en faillite à la société de confiance, seule capable de nous redonner espoir. Ce sont ces idées de liberté et de bon sens que nous continuerons à porter cette année avec la conviction qu'elles sont plus que jamais nécessaires.
Bon courage pour cette année périlleuse, vive la Liberté !
Aurélien Véron
Président du Parti Libéral Démocrate

Repost 0
Published by Satelmarc - dans Politique Française
commenter cet article
3 janvier 2012 2 03 /01 /janvier /2012 09:49

Depuis 2010 : déjà 130 nouvelles lois ont déjà augmenté la fiscalité ! ! Extrait de Liberty Blog

Victimes de la désinformation, 2 Français sur 3 y sont favorables !

Il faudrait cesser de faire croire que seules les augmentations de taxes et d'impôts de toutes sortes sauveront notre pays !
Toute augmentation d'impôts ou de taxes sont autant d'attaques à l'économie de notre pays qui est déjà bien mal depuis longtemps.

Chaque hausse de taxes, génère forcément des ralentissements de consommation et donc du chômage ! Concernant la sécurité sociale de notre pays, il faudrait commencer par faire le grand ménage et de remettre tout à plat pour trouver des milliards d'économies.
Premier point : Quand on apprends que certains médicaments vendus 34€ chez nous peuvent couter jusqu'à 10 fois moins chers chez nos voisins ! On se demande bien quels sont les incapables qui dirigent nos organismes sociaux où quelles sont les magouilles et l'énorme corruption qui permet de tels abus sur l'argent public !
Second point important la simplification et la rationalisation : Quand on voit la complexité des services, par départements, par statut sociale (entre RSI, CRAM, statuts étudiants, etc - - )
Troisième point : l'égalité de traitement et de cotisation pour tous : secteurs privé et public. L'égalité encore pour les jours de carences des arrêts de travail : 5 jours pour tous.
Quatrième : La chasse au fraudeurs qui on le sait représentent jusqu'à 25 % des dépenses des caisses sociales et familiales.
Cinquième : Le versement des allocs à ceux qui en ont réellement besoin, sous conditions de ressources et avec des plafonds maxi (à 4 enfants par exemples, en Tunisie je crois que c'est 3 ) pour éviter les abus du style 16 enfants avec 2 femmes et près de 9000 € d'allocations mensuelles !

Quand ce grand ménage sera terminé, je pense que l'équilibre des nos caisses sociales, sera rétabli.

Et après tout ça si le gouvernement pouvait se mettre à faire de réelles économies de fonctionnement, ce serait magnifique ! !

- En reduisant de 10 à 12 % le traitement de tous les hauts fonctionnaires et tous les élus de l'assemblée et du Sénat.

- En réduisant d'un tiers le nombre d'employés à l'Elysée.

- En réduisant d'un tiers le nombre d'élus en France (601000 c'est du n'importe quoi)

- En centralisant comme en Suède toutes les cuisines des Ministères à un seul endroit.

- En ne remboursant les frais des Ministres, Députés et Sénateurs que sur présentations de justificatifs.

- En supprimant toutes les subventions aux syndicat et aux partis politiques qui logiquement devraient "vivre" sur les cotisations des adhérents (vivre ou mourir, ça ferait du ménage)

- En baissant l'impôt société à 25 % uniquement sous réserve qu'au moins 5 % des bénéfices soient distribués aux salariés et qu'au moins 5% soient consacrés aux investissements.

Etc - - - Voilà quelque unes des mesures qui redonneraient un peu de moral aux Français, qui verraient concrètement, que dans les difficultés du pays, tout le monde participe.

Ces mesures auraient aussi la faculté d'inverser le moteur de la "machine à perdre" que Mr Sarkozy sait si bien conduire dans le mur - - - -

Repost 0
Published by Satelmarc - dans Politique Française
commenter cet article
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 20:52

L'AFFAIRE de KARACHI : Une hypocrisie générale ! Tous ces politiques qui font les indignés en faisant mine de découvrir qu'il y a de grosses commissions derrières toutes les ventes d'armes, et ca depuis près de 50 ans !

C'est le grand "bal des faux culs" Et bien évidemment, les grands medias se font tous complices de cette désinformation générale pour plaire au "Roi" et à tous les faiseurs de miracles de l'après 2012 ---

Et je n'ai pas parlé de tous les contrats d'exploitations pétrolières ! Rappelez vous dans les années 1990 les histoires fantastiques de la société ELF, avec tous les beaux messieurs Dumas, Le Floch Prigent, Stirven, Tarallo, et même des dames comme Devier Joncours, etc - - -   (a voir sur wikipedia) Et dans les années 80 les "avions renifleurs" ! !

En France  : 1 élu et 9 fonctionnaires pour 100 habitants = 5 fois trop ! Résultat : 10 fois plus de corruption. Nous en sommes arrivés à un fonctionnement proche des anciens pays du bloc de l'Est avec en plus la même lourdeur administrative.

601000 élus (et combien totalement honnêtes et bon gestionnaires de nos deniers ?) c'est deux fois trop, tout le monde en convient d'autant que 50 % le sont pour des communes de moins de 500 habitants et 75 % ont moins de 1000 habitats - - - (En 2007, l'Etat a dépensé plus d'un milliard d'euros en salaires aux élus des communes) et les 75 % représentent moins de 15 % de la population Française ! ! On voit bien là qu'i y a matière à réformer pour faire des économies et limiter les risques de corruption.

Repost 0
Published by Satelmarc - dans Economie
commenter cet article
1 janvier 2012 7 01 /01 /janvier /2012 20:48

bonne_annee_2012.jpg

Repost 0
Published by Satelmarc - dans Politique Française
commenter cet article
23 décembre 2011 5 23 /12 /décembre /2011 11:22

La fiscalité de la décroissance - - -

extrait de IREF Europe

La récession menace les budgets puisque les recettes fiscales diminuent. Ces déficits, en dessous de 3 % du PIB, n’ont pas inquiété ceux qui ont signé les accords de Bruxelles. Mais ils ont avalisé aussi la possibilité de « déficits structurels » qui n’ont rien à voir avec les aléas de la conjoncture. Ce laxisme n’a pas échappé à la vigilance de Maître Jean-Philippe Delsol, administrateur de l’IREF.

Sur trois années, de la loi de finances pour 2010 à celle pour 2012, le législateur français aura édicté 130 lois nouvelles génératrices de nouveaux impôts ou d’augmentation d’impôt. Et dans le même temps, la réduction des dépenses est un chemin de croix plein de reniements. En témoigne cet essai avorté d’instauration d’un seul jour de carence non pris en charge par la Sécurité Sociale pour les arrêts maladie des fonctionnaires – on a même envisagé de faire passer la pilule aux fonctionnaires en ajoutant une quatrième journée de carence pour les salariés du privé qui supportent déjà 3 jours !  
Au demeurant, toutes les mesures dites « d’économie » ne sont jamais que des mesures tendant à mettre plus d’impôt à la charge des contribuables ou à diminuer les avantages dont ils bénéficient. Il n’y a guère de vraies mesures de baisse des charges de l’Etat, alors que la France, comme l’Europe, est d’abord malade de ses dépenses publiques et meurt de l’Etat prévoyance qu’on ne veut pas remettre en cause. Il y a toujours plus d’impôts mais guère moins de dépenses de l’Etat lui-même.
La rétroactivité est sanctionnée

Dans ce paysage qui n’augure rien de bon pour les contribuables, il y a quelques lueurs avec la décision du Conseil d’Etat du 21 octobre dernier (n° 314767, min. c/SNC Peugeot) qui vient pour la première fois de sanctionner la rétroactivité d’une loi fiscale. Le Conseil a fait application d’une jurisprudence de la Cour Européenne des Droits de l’Homme (23 juillet 2009, affaire 30345/05 Joubert c/France). Les faits de l’espèce n’ont guère d’importance : il s’agissait de déterminer le redevable de la taxe professionnelle sur les biens mis par une entreprise à disposition d’une autre dans le cadre d’une relation de sous-traitance. Une nouvelle définition de biens imposables avait été introduite de manière rétroactive par l’article 59 de la loi de finances rectificative pour 2003. Le Conseil d’Etat a confirmé les décisions des juges du fond qui avaient refusé cette rétroactivité comme contraire à l’article 1er du premier protocole de la Convention européenne des droits de l’homme qui institue que « Toute personne physique ou morale a droit au respect de ses biens » et ne saurait, selon la Cour de Strasbourg, en être privée que pour des raisons impérieuses d’intérêt général et, selon sa jurisprudence, un motif budgétaire ne saurait suffire à cet effet.

C’est le seul cadeau de Noël offert aux contribuables, qui portent la charge de la crise, dont on ne verra le bout que lorsque les Etats européens, et en particulier la France, sauront réduire leurs dépenses.

Repost 0
Published by Satelmarc - dans Politique Française
commenter cet article
23 décembre 2011 5 23 /12 /décembre /2011 10:41

Je suis écoeuré ! Qu'allons nous faire dans ces histoires ?


Extrait du Figaro :

"Ankara a décidé de suspendre la coopération militaire et les relations diplomatiques avec Paris, après le vote par les députés français d'une loi criminalisant le négationnisme d'État. L'ambassadeur turc a quitté Paris vendredi.

Malgré les menaces et l'indignation de la Turquie, les députés français ont approuvé jeudi la proposition de loi sur la négation des génocides, dont celui des Arméniens en 1915. Le texte a été voté à main levée par une très large majorité de la cinquantaine de députés présents. "

 

Aurelien Veron disait hier : "Est-ce a la loi d'écrire l'histoire ? Depuis la loi Gayssot, la surenchère de lois mémorielles confine à l'absurde. Et pourquoi ne pas assimiler au négationnisme la contestation des crimes du communisme ? La liste sans fin vient brider encore davantage la liberté de débat et d'expression."
ET encore une belle entourloupe a notre democratie apres l'enterrement du rapport Perruchot, sur le financement des syndicats : ‎une cinquantaine de deputes ont vote hier, une loi que plus de 70% des Francais reprouvraient !
Alain Juppé, aurait indiqué que "cette proposition de loi est intellectuellement, économiquement et politiquement une connerie sans nom." ! !
Et en plus on se met a dos nos amis Turques ---- j'ai un peu honte ---
On pourra toujours critiquer l'émission sur Arte hier soir, ça fait déjà bien longtemps que la cote de Sarkozy est au plus bas. En moins de 5 années, il a su perdre une grande partie des gens qui avaient cru en lui, dont je fais partie.
Maintenant avec les dénis de démocratie sur l'enterrement du rapport Perruchot sur le financement des syndicats et la loi sur le négativisme, je pense qu'il aggrave son cas tant à l'intérieur de nos frontières, qu'à l'extérieur et plus précisément avec nos amis de Turquie. Je pense que nous aurons du mal à porter la bonne parole à l'étranger sur les droit de l'homme et la démocratie de notre pays. Quant à notre modèle social qui est dans le mur - - -
Je serai curieux de pouvoir quantifier le gain ou la perte d'électeurs, suite à la promulgation de cette loi. Car les Français d'origines Turque et les amis de la Turquie sont très nombreux. Personnellement Sarkozy a perdu une énième fois ma voix pour la prochaine élection.

Je suis impatient et curieux de voir en Mai 2012 le niveau des voix, atteint par tous ceux qui voudront sanctionner les 5 années de l'ère Sarkoziste.

Repost 0
Published by Satelmarc - dans Politique Française
commenter cet article
22 décembre 2011 4 22 /12 /décembre /2011 10:22

Et notre démocratie n'en sera t-elle pas encore affaiblie ?

Article de Sophie Quintin-Adali dans Contrepoint

La tragédie survenue en 1915 dans le lointain Empire ottoman lors d’une guerre civile sanglante ne devrait pas avoir sa place dans la politique électorale française au XXI° siècle.

Dans une France en pleine récession, l’histoire turco-arménienne est sans doute la dernière chose qui intéresse le peuple !

Les politiciens français prennent la mauvaise habitude de vexer les autres nations. (là encore c'est bien le moment de nous affaiblir vis à vis de nos concurrents et voisins)

Après le Royaume-Uni, c’est au tour de la Turquie avec la toute dernière tentative d’adoption d’une loi visant à pénaliser la négation du « génocide » arménien. La proposition menace d’assombrir les relations franco-turques déjà assez tendues. Comment un État dont la devise est « Liberté » peut-il discuter un projet de loi punissant le « délit d’opinion »? La petite communauté arménienne française a-t-elle tant de pouvoir ?

Vérités d’État

Le lobby arménien est avant tout aidé par une minorité de députés qui, comme le reste de l’élite française, est imprégné d’une culture étatiste. Leur réponse aux problèmes est généralement de proposer l’intervention de l’État, même si cela signifie intervenir dans l’esprit des gens. [1] En période électorale, la chasse au « vote arménien » est ouverte, auprès d’une communauté forte de 500.000 âmes.

Les partis politiques jouent au « ping-pong législatif », prenant chacun à son tour le service pour brandir la menace de légiférer sur cette question sensible. Le projet de loi qui sera discuté le 22 Décembre à l’Assemblée nationale a été mis en avant par l’UMP. [2] En mai dernier, le même projet parrainé par le Parti socialiste avait été recalé au Sénat par la majorité présidentielle…

Cette fois-ci « les totalitaires parmi nous », pour paraphraser F. Hayek, pourraient bien l’emporter. [3] En effet, si le projet est adopté à l’Assemblée nationale, le Sénat, majoritairement socialiste, va très certainement suivre le mouvement.

Nombre des grands inspirateurs de la liberté étaient des Français : Tocqueville, La Fayette, Bastiat, Turgot pour n’en nommer que quelques-uns. Une des phrases les plus universellement citées sur la liberté de pensée est attribuée à Voltaire : « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je défendrai jusqu’à la mort votre droit de le dire ».

En 2011, nos hommes politiques proposent essentiellement de transformer le ministère de la Justice en un « ministère de la Vérité ». L’idée que la justice et la police françaises pourraient être appelées à faire appliquer une vérité d’État n’est pas sans évoquer l’Union Soviétique…

Vérités ignorées

On peut toujours blâmer une poignée d’hommes politiques « aveugles ». Mais le vrai problème est systémique. N’y a-t-il pas un « déni de démocratie » quand les conclusions des commissions parlementaires sur les questions fondamentales peuvent être simplement ignorées ? Ou, plus inquiétant, peuvent « disparaître »?

Prenez le rapport d’information de 2008 sur la question des « lois mémorielles », dont la loi de 2001 sur le génocide arménien. [4] Ce rapport avertissait des risques d’inconstitutionnalité, des menaces pour les libertés fondamentales, de la censure déguisée par la menace d’action judiciaire et de la création d’un précédent en matière de délit d’opinion. Pourtant, le projet de « loi de pénalisation » qui a suivi, s’il est adopté , va effectivement transformer les risques énumérés en réalité avec une amende de 45.000 € et une peine de prison pouvant aller jusqu’ à 12 mois.

Plus récemment, les élus ont écrit l’histoire sans gloire en rejetant la publication d’un rapport soulignant l’utilisation scandaleuse de fonds publics par les syndicats. [5] Comme le rapporteur de la Commission, découragé, l’a admis, son contenu ne sera jamais connu des premiers concernés, les citoyens-contribuables. Comme dans le roman de George Orwell, 1984, les 700 pages du rapport, ont été tout simplement « vaporisées » (passées au broyeur ). [6]

Et la « majorité silencieuse » dans tout ça ?

Dans une France en pleine récession, l’histoire turco-arménienne est sans doute la dernière chose qui intéresse le peuple. La majorité pense certainement qu’il n’est pas sage que l’histoire des autres nations soit écrite à Paris. Elle médite en silence. La tragédie survenue en 1915 dans le lointain Empire ottoman lors d’une guerre civile sanglante ne devrait pas avoir sa place dans la politique électorale française au XXI° siècle.

Pourtant lobbyistes et politiciens à l’affût de votes en ont décidé autrement.

Repost 0
Published by Satelmarc - dans Politique Française
commenter cet article
22 décembre 2011 4 22 /12 /décembre /2011 08:59

5 405 postes de fonctionnaires  équivalent temps plein sont mis à disposition par les ministères (un délégué pour 230 agents ; un pour 640 agents au-delà d’un seuil de 140 000 agents).

Soit un coût d’environ 162 millions d’euros par an ! ! selon www.acteurspublics.com

Fonction publique d’Etat : la nouvelle clé de répartition des décharges syndicales par ministère a été transmise aux syndicats, lundi 19 décembre, par le ministère de la Fonction publique.

5 405 postes de fonctionnaires  équivalent temps plein sont mis à disposition par les ministères (un délégué pour 230 agents ; un pour 640 agents au-delà d’un seuil de 140 000 agents).

Soit un coût d’environ 162 millions d’euros par an selon www.acteurspublics.com

Le ministère de l’Education nationale est le mieux pourvu avec 1 789 postes de délégués syndicaux.

Désormais, les bilans sociaux devront présenterle détail du calcul des moyens alloués aux syndicats et la part du temps des décharges consacré aux instances de concertation. Les premiers chiffres seront connus au printemps 2013.

 

En France nos  politiques sont comme ça :  

Les trois singes de la sagesse : le premier se couvre les yeux, le second les oreilles et le troisième la bouche. Nos députés auraient-ils adopté la devise de Gandhi : « Ne pas voir, ne pas entendre, ne pas parler » ?

Après le aapport du député Perruchot sur le financement des syndicats enterré par ses collègues, les scandales du comité d’entreprise de la RATP mis au jour par la Cour des comptes.

Deux événements emblématiques de la pusillanimité de nos élus qui caractérisent bien le degré de la maladie de notre démocratie.


Un rapport parlementaire passé aux oubliettes et la « découverte » par nos élus d’un rapport de la Cour des comptes illustrent aujourd’hui, combien les oligarques qui détiennent le pouvoir, font ce qu'il veulent - - -  Il va falloir que ça change ! Mais encore une fois avec qui ? Dans les candidats de 2012 je n'en vois aucun qui soit succeptible de faire le ménage dans tout ça !

Repost 0
Published by Satelmarc - dans Politique Française
commenter cet article
20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 16:15

Publié le 20/12/2011

Ce n’est pas parce que c’est la période des fêtes qu’il faut systématiquement croire au Père Noël : même si le rapport Perruchot montre de graves problèmes dans la façon dont se financent les syndicats, rien n’aura été fait pour que ce rapport soit rendu public.

Nicolas PerruchotPour rappel, ce rapport, établi à la demande du député de la première circonscription de Loir-et-Cher et membre du Nouveau Centre, avait été (aussi discrètement que possible) étouffé par un vote parfaitement scandaleux à l’Assemblée Nationale. Lorsqu’on apprend qu’en réalité, la plupart des grands syndicats se font financer par des sources occultes ou opaques au travers de nombreux Comités d’Entreprises d’entreprises publiques, para-publiques ou nouvellement privatisées, on comprend que les députés qui ont refusé de publier ce rapport cherchent essentiellement à acheter la paix sociale avant une élection qu’on pressent serrée.

Pourtant, ce rapport semble absolument nécessaire pour introduire un peu de moralité et de transparence dans ce qui est devenu un cloaque où les pratiques douteuses rappellent de plus en plus fortement celle des mafias les plus standard.

Mieux : dans un récent sondage, les Français se déclaraient très majoritairement pour que ces syndicats vivent exclusivement de leurs cotisations. À ce titre, on pourra relire la pétition lancée par Contribuables Associés qui demande qu’enfin, l’argent public ne soit plus dirigé vers ces boîtes noires.

À la suite du vote lamentable de l’Assemblée et du manque honteux et déshonorant de la moindre parcelle de courage de la plupart des députés, il semble maintenant nécessaire d’apporter tout notre soutien à l’action engagée par Nicolas Perruchot.

Pour cela, vous pouvez le contacter directement par e-mail à l’Assemblée Nationale et surtout, participer à la Pétition en Ligne qui réclame ni plus ni moins que la publication complète de ce rapport accablant pour des syndicats devenus de véritables entreprises de détournement d’argent public.

Vous avez le droit de savoir :

Décaration de Mr PERRUCHOT :

Madame, Monsieur,

Engagé depuis près de 10 ans dans le suivi du budget de l’Etat, j’ai obtenu au mois de juin dernier, après plusieurs demandes infructueuses, la création d’une Commission d’enquête parlementaire sur le financement des syndicats d’employeurs et de salariés.

Ce sujet me paraissait indispensable puisque les organisations syndicales devaient, pour la première fois cette année, faire certifier et publier leurs comptes.

J’ai mené durant plusieurs mois un travail d’enquête sérieux auprès d’experts, de chercheurs, de responsables syndicaux ou de hauts fonctionnaires. J’ai entendu une centaines de personnes, au cours de 45 auditions.

J’ai ensuite rédigé un rapport complet de 288 pages sur le sujet. Au-delà du constat, parfois alarmant, sur la façon dont sont financées les organisations syndicales, j’ai fait 29 propositions pour améliorer la transparence dans un système d’une grande complexité et d’une opacité légendaire.

A quelques heures du vote du rapport, prévu le 30 novembre dernier, et alors que les travaux s’étaient déroulés dans un climat de travail très constructif, j’ai appris que le Président du groupe UMP à l’Assemblée Nationale avait donné ordre de rejeter ce rapport.

Les représentants du PS s’étant prononcés contre, je me suis retrouvé quasiment seul, au moment de faire approuver ce travail.

Or le rejet du rapport implique sa disparition pure et simple, et l’impossibilité de communiquer sur ce sujet durant 30 ans !!!

Dans l’état actuel, il m’est donc impossible de publier ces travaux ou de publier les comptes-rendus des 45 auditions (un volume de 500 pages).

C’est une première à l’Assemblée Nationale et c’est une honte !!!

C’est en effet la première fois qu’un rapport de Commission d’enquête est ainsi jeté à la poubelle. Au-delà de l’anecdote, c’est aussi et surtout un recul pour le Parlement très préoccupant. Car cela signifie qu’à l’Assemblée Nationale, il y a des sujets que nous ne devons pas traiter. Cela signifie qu’à l’Assemblée Nationale, des députés doivent obéir à la consigne, plutôt que de voter en conscience. Cela veut dire, enfin, que le peuple n’a pas le droit de savoir à quoi sert l’argent des syndicats.

Soutenu par la presse, qui s’est fait l’écho de cette situation ahurissante et qui a relayé cette affaire, j’ai décidé de refuser cette situation.

C’est la raison pour laquelle je vous demande de soutenir la pétition réclamant la publication de ce rapport parlementaire.sur :   http://www.droitdesavoir.net/

Repost 0
Published by Satelmarc - dans Politique Française
commenter cet article
20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 09:00

Encore une fois je suis totalement stupéfait par la situation de blocage dans nos aéroports par une minorité de gens irresponsables et si malhonnêtes !
Ces controleurs sont - ils vraiment à plaindre ? Ou ces gens là sont dotés d'un degré d'égoisme extraordinaire !
Ces grands malheureux qui ont un emploi, sans aucune précarité, qui ne font probablement pas plus de 35 heures avec un salaire que des centaines de milliers aimeraient avoir (car les heures de nuit et les jours fériés sont très bien payés), dans des grosses boites  où les CE sont très très très généreux !
Moi je leur suggère de changer de métier puisqu'ils n'en sont pas contents ! Nous sommes des milliers pour prendre leur place !
Alors je dis "RAS le BOL" !
Il est grand temps que l'on puisse sanctionner ces gens privilégiés devant un tribunal pour entrave à la circulation des biens et des personnes ! avec indemnisation de tous ceux qui ont ruiné leurs vacances, tous ceux qui avaient économisé depuis des mois pour se payer un séjour de rêve ! (les syndicats ont de l'argent on leur donne 4 Milliards par an !)
A chaque période de vacances scolaires, sa grève des transports : Chacun son tour cette fois ci les controleurs de la sécurité, après les controleurs aériens (eux qui sont à  6/7000 € par mois pour 32 heures maxi), Air France et son personnel naviguant, mais aussi la SNCF, 3 fois par an etc - - - 
En plus de tout ça, ces gens là, oublient toujours, qu'ils contribuent à affaiblir certaines compagnies comme Air France, déjà en grande difficultés par la crise; et créeront des chomeurs supplémentaires parmis leurs autres collègues syndiqués, qui sont, bien sûr, en pôle position sur les listes d'attentes des prochaines suppressions d'emplois !!
Pour la SNCF c'est différent, nous bouchons les trous avec nos impots ! C'est ce qu'on appelle la "double peine" ! ! Vivement la privatisation - - -
Allez ! Il faudra bien que ça change un jour ! - - - - Mais avec qui ? Pour le moment, je ne vois aucun candidat succeptible d'être capable et assez volontaire pour mettre un grand coup de pied dans la fourmilière ! - - -

Repost 0
Published by Satelmarc - dans Social
commenter cet article