Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 juillet 2011 3 06 /07 /juillet /2011 13:27

93% des Français sont contre le cumul des mandats. 62% estiment que notre pays compte trop d’élus.Sondage IFOP pour l’Observatoire de la fiscalité et des finances publiques. L’opinion de Michel Brulé, fondateur de l’institut BVA.

Les Français attendent de leurs représentants qu’ils sachent remettre en cause notre dispendieux système de représentation e

t d’administration.

Le climat actuel de crise des finances publiques accentue les critiques des Français envers leur système politique. Nos deux précédentes enquêtes  sur les dépenses de l’État et des collectivités territoriales ont montré à quel point l’opinion s’inquiète des déficits publics, exige de les voir résorber par la baisse des dépense

s et pas par la hausse des prélèvements, et le regard critique que les Français portent sur le laxisme de la gestion de beaucoup de collectivités locales.

La dernière enquête de l’IFOP pour l’Observatoire de la fiscalité et des finances publiques met en lumière un autre aspect de cette attitude critique. Invités à se prononcer sur l’organisation générale de notre système politico-administratif, les Français le jugent trop dispendieux.

 

Lire la suite sur : http://www.lecri.fr/2011/07/01/93-des-francais-contre-le-cumul-des-mandats/24065

 

http://www.lecri.fr/wp-content/uploads/2011/07/miege-elus-213x300.jpg 

En Avril dernier j'écrivais ceci :

La France record du monde ! ! - - - - Un pour 104 habitants ! ! ! - - -

Mais de quoi s’agit – il ? Nous détenons en France le record du monde du nombre d’élus : 618 384 ! Ehhh oui ! Un pour 104 habitants ! 4,5 fois plus qu’aux Etat Unis ! Il est vrai que nos administrations fonctionnent 4,5 fois mieux ! ? ? - - -

Les impôts locaux explosent, la fiscalité nationale ne baisse pas bien au contraire, les contribuables paient le mille-feuille ! Il est vrai qu’avec un élu pour 104 habitants, dont la moitié ne paie pas d’impôts, la solution n’est pas facile  - - - -

Comment peut – on continuer à croire que ça va durer encore longtemps ? 2012 approche et il serait bien que tous les Français qui croient encore en leur pays et qui veulent défendre l’avenir de leurs enfants, passent à l’action. Le temps est venu d’exiger des engagements clairs et précis sur la politique à mener dans notre pays pour les prochaines années.

Il est fini le temps des mensonges et des promesses non tenues ! Tout ce qui a détourné les Français de la politique depuis 30 ans, tout ce qui a produit les 55 % d’abstentions aux dernières élections et tout ce qui nous amène bientôt à la faillite avec plus de 1600 milliards de dettes ! IL EST TEMPS DE REMETTRE DE L’ORDRE DANS NOTRE PAYS. ON SE MOQUE DE NOUS DEPUIS TROP LONGTEMPS ! !

Partager cet article

Published by Satelmarc - dans Social
commenter cet article
5 juillet 2011 2 05 /07 /juillet /2011 15:19

ZAPA : les véhicules polluants bientôt interdits en ville !Afin de réduire la pollution atmosphérique en centre-ville, le gouvernement français va expérimenter dans 8 villes volontaires la mise en place de Zones d’Actions Prioritaires pour l’Air (ZAPA), dans lesquelles les véhicules les plus polluants ne pourront plus circuler.

Déci­dé­ment, l’actualité auto­mo­bile est extrê­me­ment riche et un évè­ne­ment chasse l’autre à une allure effrayante. Après l’épisode des radars péda­go­giques et l’arrêt récent de la Cour de cas­sa­tion dont nous vous fai­sions part il y a quelques jours, place aujourd’hui à la nomi­na­tion, à comp­ter du 15 juillet, d’un nou­veau délé­gué inter­mi­nis­té­riel à la sécu­rité rou­tière en rem­pla­ce­ment de Michele Merli. Mais sur­tout, place à l’avis du Conseil Natio­nal de l’Air sur les ZAPA, sur lequel nous allons nous concen­trer dans cet article.

Il y a quelques mois, nous avions consa­cré un long article à expli­quer le sys­tème des zones d’actions prio­ri­taires pour l’air (ZAPA) et ses lourdes consé­quences sociales. Nous vous invi­tions donc à le consul­ter afin de bien cer­ner de quoi il en retourne. Pour les plus impa­tients, le prin­cipe repose sur l’interdiction d’accès à ces zones aux véhi­cules les plus émet­teurs de par­ti­cules et d’oxydes d’azote dans les com­munes ou grou­pe­ments de com­munes de plus de 100 000 habi­tants dans les­quels une mau­vaise qua­lité de l’air est avé­rée, notam­ment par des dépas­se­ments de normes règle­men­taires ou des risques de dépas­se­ments de ces normes.

 

Lire la suire sur http://blog.40millionsdautomobilistes.com/2011/07/04/zapa-la-folie-continue/

 

Révision du Plan de protection de l'atmosphère d’Ile-de-France : un déni de démocratie !

Il va falloir arreter de se laisser imposer tout et n'importe quoi par les oligarques de la haute fonction publique. Nous voulons une democratie reelle ! Defendons nous pour reclamer la democratie directe ! ---

 

Lettre ouverte aux autorités : les Dix Commandements de l'ayatollah de la voiture :

Chères autorités de l’exécutif, du législatif, du judiciaire, du médiatique (oui oui, je m’adresse aussi aux médias car ils ont un réel pouvoir, n’en déplaise au né trop tôt Montesquieu),

73 députés UMP ont signé une lettre envoyée à Monsieur François Fillon, Premier Ministre : l’objet de leur lettre est de relayer les attentes de leurs citoyens relatives à la sécurité routière. Pas de suppression des panneaux annonçant les radars !

Et c’est ainsi que Claude Guéant a annoncé la suspension (pas du permis) du retrait (non plus du permis) de ces panneaux annonçant les radars.

Avant que la majorité ne cesse d’enchaîner les couacs… En effet dans la journée du 25 juin 2011, on a entendu pas mal de choses sur ce qui serait finalement retenu, retiré, amendé, accepté, concédé. Dans la présente, nous ne parlerons pas de ce qui est retenu au bout du compte, nous ne le savons pas bien encore. Non, nous allons vous parler de… nous (rhôôô, quels nombrilistes, eux, alors !)… et aussi des autres, car nous sommes stigmatisés parce que différents des autres (et c’est vrai que nous avons une conception différente de certaines choses).

Les 73 députés ne veulent pas que le gouvernement cède aux « sirènes des ayatollah qui souhaiteraient, à les écouter, un monde sans voiture ». Qui ose donc imaginer un monde sans voiture, qu’on aille tout de suite le brimer ?

C’est vrai, quoi : la voiture, dont on sait qu’elle a profondément transformé notre société, ne saurait être remise en cause… Et pourtant, il y en a toujours qui ne veulent pas de ce messie métallique… De vrais ayatollahs, on vous le dit !!!

 

Lire la suite sur http://www.lepost.fr/article/2011/05/28/2508835_lettre-ouverte-aux-autorites-les-dix-commandements-de-l-ayatollah-de-la-voiture.html

 



Partager cet article

Published by Satelmarc - dans Social
commenter cet article
1 juillet 2011 5 01 /07 /juillet /2011 10:01

Quand on voit tous les plus grands pays du monde surendettés, certains au bord de l'implosion comme les Etats Unis, on peut se demander comment on en est arrivé là ?

Les hommes politiques de tous les pays sont-ils tous fait dans le même moule ?

Pour asseoir leurs carrières, n'ont - ils pas d'autres moyens que "d'arroser" tout le monde avec l'argent public ?

Démagogie, électoralisme, clientèlisme, mensonges,  sont les "mamelles nourricières" des déficits publics. Mais alors comment arrêter ça ? Que peut -on faire ?

On voit bien là les limites de la démocratie, puisqu'à force d'élections diverses et d'alternances aussi diverses, nous allons toujours vers la même destination de faillite. Je le dis souvent, la démocratie n'est que de façade car en fait ce sont tous les oligarques / énarques de la haute fonction publique Européenne et Nationale, qui tiennent les pays et qui nous emmènent vers les abysses financières - - -

Je vous engage à lire le dossier spécial du Contribuable "L'EUROPE DILAPIDE NOTRE ARGENT" c'est à hurler de détresse !

http://www.lecri.fr/2011/06/09/leurope-dilapide-notre-argent/23733

Ce sont 60 pages au vitriol que publie, la semaine prochaine, l’association Contribuables associés forte de 150000 adhérents.

En voici la synthèse :

L’Europe dilapide notre argent ! »

Excessif ? Pas tant que ça, tout au contraire, à lire le dossier, qui comprend sept parties : «Le Parlement européen, royaume du gaspillage et des fraudes », « La vie dorée des députés européens », « La ruineuse présidence française de l’Union européenne », « Le paradis des bureaucrates », « Les subventions délirantes de l’UE », « Europe agricole : la pompe à fric » et « Des milliards gaspillés dans l’aide au développement ». Tous les chiffres cités sont des chiffres officiels, traqués dans le moindre rapport, tout aussi officiel. Ils témoignent, plus que de longs discours, de la dérive technocratique de l’Europe. Florilège.

PARLEMENT BUDGÉTIVORE

Le budget du Parlement européen représente près de 1 % du budget de l’Union européenne, mais 20 % des dépenses administratives des institutions européennes. Budget 2011 : 1,686 milliard d’euros, dont 37 % sont affectés aux frais de personnel (essentiellement les salaires des 6 000 employés). […] Les dépenses des parlementaires européens (salaires, frais de voyage, bureaux et rémunération des assistants) représentent environ 24 % du budget. Outre ses trois lieux de décision, Bruxelles, Strasbourg et Luxembourg, le Parlement européen dispose de bureaux d’information dans chacune des capitales des vingt-sept États membres et dans plusieurs grandes villes.

COÛTEUSE BILOCALISATION

Selon un rapport commandé par les députés et publié en février 2011, la double localisation du Parlement (Strasbourg et Bruxelles) coûte 180 millions d’euros par an aux contribuables européens, soit plus de 10 % du budget du Parlement.

SALAIRES ROYAUX

Un quart des fonctionnaires de la Commission européenne gagnent plus de 10 000 euros par mois, 214 gagnant entre 15 000 et 18 000 euros, soit autant qu’Angela Merkel, le chancelier allemand.

Concernant les 27 commissaires européens eux-mêmes, le montant de leurs frais de déplacement s’est monté à 3 908 391 euros, dont 355 338 euros de frais de représentation (frais de protocole, invitations de presse, restaurants…).

José-Manuel Barroso, le président de la Commission, est le recordman des dépenses avec 730 230 euros, dont 32 457 euros de frais de représentation.

Le tout, pour 66 déplacements, soit environ 11 000 euros par déplacement. […] 17 anciens commissaires européens touchent encore des indemnités d’au moins 96 000 euros par an, bien qu’ils aient depuis longtemps un emploi de lobbyiste ou en politique.

TRÈS CHÈRE PRÉSIDENCE

La France a présidé le Conseil de l’Union européenne du 1er juillet au 31 décembre 2008. Cette présidence française a coûté 175 millions d’euros aux contribuables, selon le rapport de la Cour des comptes rendu public le 20 octobre 2009. […] 175 millions, c’est trois fois plus que la précédente présidence assurée par Jacques Chirac en 2000 (56,9millions) et douze fois plus que celle de 1995 (14,1 millions).

Inclus dans ces 175 millions : 16,6 millions d’euros de l’Union pour la Méditerranée (13-14 juillet 2008 à Paris), 3 millions d’euros en maroquinerie, papeterie et gadgets ou encore 57 408 euros pour le logo de la présidence française, signé par le célèbre designer Philippe Starck.

LIMOUSINES EN OR

Le Parlement européen a passé un contrat de 5,25 millions d’euros (sur quatre ans) avec la société française Biribin Limousines pour véhiculer les députés européens dans Strasbourg.

Les chauffeurs de l’entreprise sont détenteurs de la licence “Grande Remise” qui garantit leur “absolue discrétion” : le silence est d’or… […]Pour la location de limousines et de minibus à Bruxelles, c’est la société TMS qui a remporté le contrat d’un montant de 2,5 millions d’euros en 2010. Cette même année, dix BMW ont été également achetées pour le pool des véhicules protocolaires à Bruxelles pour la somme de 378 293,40 euros.

RUINEUSE COMMUNICATION

Selon un “projet de rapport” de la commission du contrôle budgétaire du Parlement du 3 février 2011, la direction générale de la communication au Parlement européen comptait 722 postes au 31 décembre 2009 pour un coût de 80,9 millions d’euros.

Le rapporteur de la commission, l’eurodéputé finlandais Ville Itälä, s’interroge sur « la nécessité fondamentale de ces postes » et demande que leur nombre « soit réexaminé et que des explications détaillées soient fournies ».

TÉLÉ MAGOT

Europarl TV, la chaîne du Parlement européen qui émet sur Internet depuis septembre 2008, coûte 9 millions d’euros par an mais ne compte que 900 téléspectateurs en moyenne par jour .[…]

Pour la commission du contrôle budgétaire du Parlement européen (projet de rapport du 3 février 2011), Europarl TV ne peut « être considéré comme un succès compte tenu de son nombre très limité d’utilisateurs directs […] et ce malgré des crédits annuels considérables ».

CENTRE DE RIEN

Le Parlement européen entend se doter en 2011 d’un centre de visiteurs de 6 000 mètres carrés sur trois niveaux dans ses locaux, où le grand public pourra se familiariser avec l’institution […] : le “Parlamentarium”.

L’ouverture – initialement prévue pour les élections européennes de juin 2009 – est programmée pour octobre-novembre 2011. […]. En fait, la joyeuse affaire dure depuis quatre ans et a déjà coûté la bagatelle de 23 millions d’euros entre 2007 et 2011. Le budget initial était de 15,3 millions.

FASTUEUSE MAISON

Le Parlement européen a décidé en décembre 2008 de créer une Maison de l’Histoire de l’Europe.

Le musée devait ouvrir ses portes à Bruxelles en 2014. La rénovation et l’aménagement du bâtiment coûteront 52,4 millions d’euros, selon EurActiv.com. Le Daily Telegraph évalue à 13,5millions d’euros par an ses coûts de fonctionnement.

Avant même le début des travaux, les estimations du coût total du musée ont plus que doublé depuis le lancement du projet, pour atteindre les 156 millions d’euros.

CLUB PRIVÉ

En 2009, l’Union européenne a acheté le “Foyer européen” à Luxembourg pour 5,1 millions d’euros.

L’espace était précédemment loué. Le lieu abrite le “Cercle culturel des institutions européennes”, réservé aux employés de l’UE.

Au rez-de-chaussée, on trouve un restaurant où les employés de l’UE et leurs invités peuvent dîner, tandis que les étages supérieurs sont voués aux différents clubs et activités : un cercle de danse des Highlands, un club de dégustation de vins, de langues et cultures arabes, de céramique…

 

Rejoignez nous ! Il faudra que nous soyons toujours plus forts pour arriver à inverser la tendance. http://www.lecri.fr/2010/01/25/abonnez-vous-au-cri-conference-sur-les-deficits-publics-a-l%E2%80%99elysee/10061


 




Partager cet article

Published by Satelmarc - dans Politique Française
commenter cet article
30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 10:49

http://referentiel.nouvelobs.com/file/1920619.jpg

Elle le trouve mou et peu fiable. Il la juge menteuse et méchante. Verbatim.  

La nouvelle candidate à la primaire socialiste dit croire à une réunion de "toute la gauche" pour la présidentielle de 2012 et elle ajoute "Je pars avec l'idée de gagner"  Là c'est certain. Que de mensonges ! !
Aubry-Hollande : pourquoi ils se détestent : "Sur les 35 heures, il a été couille molle". Du Hollande tout craché?! Trop malin pour être honnête. Faussement habile. Aux yeux d’Aubry, l’ex-premier secrétaire a commis une faute lourde en expliquant à Jospin, avant la présidentielle de 2002, qu’il valait mieux remettre à plus tard la réforme des retraites plutôt que de traîner ce boulet durant toute la campagne. "On a abandonné, ce jour-là, tout élan réformateur, dit-elle, et les électeurs ne s’y sont pas trompés." Pour se défendre, Hollande explique que si l’ancienne ministre des Affaires sociales tenait tant à cette réforme, elle n’aurait pas dû démissionner du gouvernement, en 2000, pour mieux préparer la succession de Mauroy, à Lille. Dans un registre comparable, la Dame des 35 heures – soutenue en cela par Jospin – a toujours considéré que le PS et celui qui le dirigeait n’avaient pas soutenu la réforme phare de la législature socialiste avec suffisamment de vigueur. Bref, qu’ils avaient cédé face à la droite. Encore une histoire de "couille molle"…

 

François Bazin - Le Nouvel Observateur

Article à paraître dans "le Nouvel Observateur" du jeudi 30 juin 2011

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/politique/


Partager cet article

Published by Satelmarc - dans Politique Française
commenter cet article
29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 16:48

Ou les effets pervers de la décentralisation - - -

Depuis longtemps, les élus politiques des régions se sont servis de ça pour faire toujours plus de démagogie, et de clientèlisme, faisant fis de tout ce qui pouvait contrarier leur souhait de réouvrir telle ou telle ligne SNCF, à grand frais, sachant très bien qu'elle ne serait jamais rentable ! - - -

Article de l'IFRAP Le 23 juin 2011 par Sandrine Gorreri et Philippe François:

« Doute sérieux sur l’utilité de cette ligne », « Aucune information précise pour se faire une idée de la fréquentation », « Ne présente pas la garantie d’une réduction de la circulation automobile ». Le juge des référés de Toulouse traitait, le 3 juin 2011, d’une nouvelle ligne de tramway dont il a fait arrêter la construction. Des critiques identiques venaient d’être fournies sur de nombreux projets de lignes de TGV. « Trop d’infrastructures nouvelles. Un schéma ni chiffré ni hiérarchisé. Des prévisions de trafic trop optimistes », selon le rapport du député Hervé Mariton. Dans l’ambiance actuelle de forte contrainte financière, au moment où le sénateur Grignon publie son rapport sur l’ouverture à la concurrence du marché des Trains Express Régionaux, les mêmes questions se posent sur les TER : sont-ils aussi économiques et écologiques qu’on le croyait ?

Pour les voyageurs, les TER sont bon marché, les usagers ne payant qu’entre 15 et 30% de leur coût réel. Et les contribuables ne réalisent pas qu’il leur en coûte 5 milliards d’euros par an, puisque l’État finance la plus grande part et les Régions le reste. Les TER ne représentent pourtant que 2% des transports de personnes. Mais les TER sont de merveilleux panneaux publicitaires mobiles pour les Conseils Régionaux. Peints de couleurs vives aux armes de chacune des Régions, ils sont bien connus par les voyageurs et aussi par ceux qui ne les prennent jamais. De toutes les activités des Conseils Régionaux, c’est incontestablement la plus voyante.

Lire la suite sur


http://www.ifrap.org/La-face-cachee-des-Trains-Express-Regionaux-TER,12176.html

 

 

 

Partager cet article

Published by Satelmarc - dans Politique Française
commenter cet article
29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 16:40

Oui je le pense sincèrement et c'est très bien. La puissance des tous les forums et autres groupes du web est maintenant établie. Nous pouvons influer sur la politique, on l'a vu dernièrement sur les rassemblements contre les excès de la répression routière, nous pouvons influencer les prochaines élections en pesant lourdement sur le programme des certains candidats ou les excès de démagogie des autres.

- - - Dans la sphère intellectuelle française, la figure de l’« expert » a longtemps été moins populaire que celle de l’écrivain engagé, et le champ politique s’est doté de ses propres conseillers du Prince, notamment via l’ENA. Toutefois, par des liens structurels de plus en plus étroits avec les décideurs politiques de droite comme de gauche et une diffusion large de leurs idées, les think tanks ne cessent d’accroître leur influence depuis le milieu des années 2000. - - -

Lire la suite de cet article sur http://www.atlantico.fr/decryptage/think-tanks-influence-campagne-presidentielle-120090.html

Partager cet article

Published by Satelmarc - dans Politique Française
commenter cet article
24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 13:29

Lors des débats sur la réforme fiscale en France, ministres et parlementaires n’ont eu qu’une seule idée en tête : comment compenser une baisse de certains impôts par une hausse d’autres impôts ou prélèvements obligatoires ? Il est solidement ancré dans leur tête que les caisses de l’Etat ne peuvent se remplir qu’avec une fiscalité plus lourde, et si possible plus progressive. A Bercy « on ne croit pas à l’effet Laffer » : on ne veut pas admettre qu’au lieu de matraquer les contribuables, il faudrait au contraire alléger leurs charges.

Excellent article de dans irefeurope.org

En France, l’équilibre du budget passe pour une priorité absolue. Comment l’obtenir ? En augmentant les impôts, pense la classe politique. Nicolas Lecaussin, directeur du développement de l’IREF, rappelle l’histoire de la fiscalité aux Etats-Unis : la hausse des impôts n’a jamais augmenté les rentrées fiscales.  

Lors des débats sur la réforme fiscale en France, ministres et parlementaires n’ont eu qu’une seule idée en tête : comment compenser une baisse de certains impôts par une hausse d’autres impôts ou prélèvements obligatoires ? Il est solidement ancré dans leur tête que les caisses de l’Etat ne peuvent se remplir qu’avec une fiscalité plus lourde, et si possible plus progressive. A Bercy « on ne croit pas à l’effet Laffer » : on ne veut pas admettre qu’au lieu de matraquer les contribuables, il faudrait au contraire alléger leurs charges.
Cette conviction n’est qu’idéologique. On la retrouve d’ailleurs chez certains Démocrates américains qui aujourd’hui souhaiteraient augmenter le taux d’imposition des plus riches jusqu’à 70 %, taux marginal sur la tranche la plus élevée des revenus avant la réforme Reagan. 
Pourtant, ce point de vue ne résiste pas à l’analyse des faits. Alan Reynolds dans son ouvrage « Income and Wealth » (Greenwood Press, 2006) a refait l’historique des taux d’imposition et des rentrées fiscales depuis le début des années 1950. Il en ressort que les taux d’imposition élevés n’ont jamais contribué à une hausse des rentrées fiscales. Bien au contraire, c’est à la suite de baisses des taux que le Trésor américain a encaissé davantage.
Dans le tableau ci-dessous, on peut observer que lorsque le taux d’imposition comprenait une tranche de 91 % et par la suite de 70 %, les rentrées représentaient moins de 8 % du PIB. Lorsque les taux ont été abaissés et le nombre de tranches diminué sous Reagan et Clinton, les rentrées fiscales ont augmenté, atteignant même 9.4 % du PIB dans les années 1997-2002. Une leçon à retenir pour les politiques de tous bords.

Taux d’imposition vs Rentrées fiscales

                   Première et dernière tranches d’imposition Rentrées fiscales en % du PIB
1951-1963                  20/91 %                                                               7.7
1964-1981                  14/70 %                                                               8
1982-1986                  11/50 %                                                              8.3
1988-1990                  15/28 %                                                              8.1
1991-1992                  15/31 %                                                              7.8
1993-1996                  15/39.6 %                                                           8
1997-2002                  15/39.6 %                                                          9.4
Congressional Budget Office (2006)



Partager cet article

Published by Satelmarc - dans Politique Française
commenter cet article
24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 13:25

Excellent article de

Pour nombre d’Etats surendettés, c’est le chant du cygne. Les gouvernants veulent sauver la Grèce, l’euro, maintenir des taux d’intérêt bas : ils sont pris au piège. Pour éviter d’être tous en faillite, il n’ont qu’une solution : faire des économies. Analyse de Maître Jean-Philippe Delsol, administrateur de l’IREF.

Encore et encore l’Etat : les Etats se croient tout permis. Les autres peuvent faire faillite, mais pas eux ; ils doivent réguler le monde que les pauvres citoyens sont incapables de faire marcher sans eux ; ils sont les maîtres de la répartition des revenus et des richesses…
Mais ils ne le seront pas longtemps, car à ce rythme, ils épuisent bien vite toute richesse. Ils se retrouveront nus. Il faut craindre que les citoyens le soient aussi.

Faut-il sauver le petit tricheur grec ?

La Grèce a dépensé longtemps plus qu’elle ne gagnait et elle se trouve fort démunie maintenant que la bise est venue. Mais parce que la Grèce (après avoir falsifié ses comptes) est membre de l’Union européenne et de la zone Euro, les autres membres redoutent que sa faillite ne les mettent tous en péril. Les agences de notation préviennent que si les dettes de la Grèce ne sont pas payées à la date de leur échéance, elle sera considérée en défaut et le crédit de tout le système bancaire risquera d’en être atteint.
Car la Grèce doit désormais de l’argent à tout le monde, avec une dette publique de 350 milliards d’euros, soit près de 160% de son PIB, dont 110 milliards d’aide publique octroyée par les autres Etats, directement ou au travers des mécanismes européens. Les banques allemandes et françaises sont parmi les plus exposées : 162 milliards au total fin 2010. Si la Grèce ne paye pas ses dettes, ce sont donc les contribuables et les actionnaires des banques prêteuses qui les supporteront. Mais il y a aussi un risque de cascade aux autres pays faibles, l’Espagne, le Portugal, l’Italie, et pourquoi pas la France. L’épidémie est susceptible de toucher le monde financier dans son ensemble, le scénario catastrophe de 2008 se reproduirait.

Lire la suite sur http://www.irefeurope.org/content/l%E2%80%99etat-roi-sera-bient%C3%B4t-un-etat-nu

Partager cet article

Published by Satelmarc - dans Politique Française
commenter cet article
17 juin 2011 5 17 /06 /juin /2011 15:59

OUI ! Il y a URGENCE à réformer le droit social et les contrats de travail en notre pays.
Sous le couvert de sécurité, les CDI actuels, on le voit ne donnent aucune sécurité de nos jours face à la mondialisation et aux délocalisations.
Quand une entreprise privée a décidé de fermer ou est dans l'obligation de fermer ses portes, aucun contrat de travail ne peut y résister et c'est normal.
Même au Japon ils ont supprimé "l'emploi à vie" !! D'ailleurs l'emploi a vie n'aurait pas du y exister. Ce système ne subsiste plus que dans les  états communistes comme la Corée du Nord et Cuba, avec toutes les conséquences économiques que l'on connait.
En France, le droit social sous l'emprise des syndicats à évolué sans cesse pour devenir toujours plus lourd, plus complexe et plus contraignant pour soit disant donner plus de sécurité aux salariés. Le problème est qu'on est allé trop loin, sans jamais se remettre en question par rapport aux évolutions Mondiales et Européennes, des 20 dernières années, C'est ce qui a produit le phénomène des délocalisations massives de notre industrie, créant dans le même temps 1,5 millions de chômeurs qui ne comprenaient pas, parce que leurs syndicats les avaient maintenus dans le mensonge quand la mondialisation est arrivée.
Pour ce qui est du CDD c'est encore pire, de par ses contraintes, il oblige nombre d'entreprises saisonnières (en création par exemple) ou cycliques, à prendre des travailleurs "au noir" ou des intérimaires. Il est tout de même désolant qu'aucun journaliste soit capable d'expliquer aux Français devant leur TV que de très nombreux employeurs ayant une augmentation soudaine de leur activité ou en création d'entreprise ne peuvent signer un CDD qui les engage sur une durée fixe (j'ai des exemples concrets sous mes yeux actuellement). Ainsi on se retrouve dans la situation ou une entreprise ayant une tâche ponctuelle et nouvelle à faire accomplir dans le cadre de son développement et de sa prospection, n’engage rien finalement car trop inadaptés. Ce travail va-t-il demander 2 mois ? 3, 4 ? Comment faire ? Même l’expert comptable était dans l’incapacité de délivrer un conseil ! La solution, faire exécuter le travail par un « auto entrepreneur » dans le cadre d’un contrat de mission ponctuel et renouvelable. Alors c’est ça le modèle social à la Française ? C’est à ce résultat qu’on pensait arriver en faisant évoluer le droit social ? Non bien sûr mais il est tout de même lamentable que les médias et les politiques n’aient jamais pu expliquer ça clairement à la France qui travaille.

Il est vrai qu’avec plus de 6 millions de fonctionnaires qui eux, ont tous les avantages, de la sécurité de l’emploi, de la retraite plus élevée et tous les autres avantages qu’il serait trop long d’énumérer ici, il est vrai que beaucoup ont eu tendance à imaginer que ça pourrait  peut être devenir pareil pour tout le monde !

Et bien NON ! Ce modèle social est mauvais, quand une société subit une baisse de son activité, quand un employé travaille mal ou ne respecte pas les consignes, il est normal de se séparer des employés, y compris dans les services publics (où là, même quand ils travaillent au ralenti, on les garde parce qu’on ne peut s’en séparer !) C’est la flexibilité du travail et ça fonctionne d’autant mieux que dans de nombreux pays, le marché de l’offre s’en trouve élargi.

Alors 2012 approche, et j’entends déjà s’élever le cœur des « pleureuses » de tous bords, qui par démagogie, électoralisme ou incompétence (ça c’est pour les professionnels de l’information) donneront de la voix contre ce CTU qui pourtant serait une vraie réforme à mener pour toutes les nouvelles embauches du privé et du public ! On verra comment ça va évoluer - - -  De toutes façons, il faudra bien que ça change un jour !

Car si un jour la France est comme la Grèce, (on en est pas si loin) ceux du public qui se croient toujours assis sur un siège fixe « non éjectable » pourraient bien avoir de VILAINES SURPRISES - - -

Alors VIVE LE CTU POUR TOUS ! ! !        

Partager cet article

Published by Satelmarc - dans Social
commenter cet article
17 juin 2011 5 17 /06 /juin /2011 08:43

Article de Franck RIESTER - Extrait de Contrepoints

http://h16free.com/wp-content/uploads/2010/09/hadopi.jpg- - -

Moui alors bon, mon petit Franck, je résume :

a/ Pour aider les artistes, on va piocher dans la poche de leurs clients (par les impôts) trois millions d’euros. Cela fait donc trois millions d’euros que ces clients ne dépenseront pas dans la culture puisqu’ils ne les ont plus.

b/ Les trois millions, on va les claquer dans une série de publicités consternantes qui ont déclenché une hilarité générale. Leur réalisateur a honte. Leur scénariste a honte. Même HADOPI doit avoir un sentiment de honte. Franck, lui, bafouille, l’œil perdu et les mains moites. Il n’a pas honte, cependant. Il en a été opéré quand il était tout petit, pour devenir politicien ensuite.

c/ Ensuite, on va expliquer que ces trois millions (soit 1360 SMIC charges incluses ou, dit autrement, plus de deux personnes payées à temps plein, au SMIC, pendant toute une carrière, jusqu’à leur retraite) vont aider les artistes. On hésite à le dire pour ceux qui ont réalisé les spots ; j’en serais, je ne le marquerais pas dans mon CV, ça peut poursuivre des années un truc pareil…

Comme vous pouvez le constater, on se demande ce qui se passe un peu dans la tête de ces gens-là. Le petit singe qui pédale en frappant des cymbales a dû se prendre une petite gamelle. Je ne sais pas. Mais vérifiez sur la vidéo, c’est bien ce qu’il raconte - - - 

Lire la suite sur http://www.contrepoints.org/2011/06/16/30344-frank-riester-hadopi-et-pipotron-en-overdrive?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+Contrepoints+%28Contrepoints%29&utm_content=FaceBook


Partager cet article

Published by Satelmarc - dans Politique Française
commenter cet article